L'USDAX après 7 matchs

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Après 7 journées, l'USDAX occupe une prometteuse 9ème place avec 6 points d'avance sur le premier relégable. C'est clairement au-delà des espérances de début de saison, après une préparation ratée en terme de matchs amicaux.

Qu'en est-il dans le détail ?

Les matchs :

Il y a clairement la déception de la défaite contre Montpellier. Il y avait la place pour gagner largement un match contre un adversaire au rugby limité mais roublard et assez réaliste. Parallèlement, on ne pourra pas avoir moins de réussite au pied.

Il ya deux autres matchs où l'on est passé à côté. Contre Paris, dans l'envie, et à Brive qui a surclassé une équipe de Dax plutôt mixte et peut-être la tête au derby contre l'Aviron.

Les autres rencontres, Toulouse, Castres, Bayonne et Biarritz, ont permis à l'USDAX de livrer ses meilleurs matchs depuis la remontée. C'est une excellente surprise de voir l'évolution du niveau de jeu, la faculté à mettre du mouvement. On notera que les trois victoires ont été acquises sans laisser le bonus à l'adversaire, chose qui n'était jamais arrivé l'an passé.

Les points positifs :

Le recrutement. Cette année, nous évoluons avec des joueurs de niveau Top 14 et même international en ce qui concerne certains joueurs. Notamment derrière, il n'y a pas que le changement d'entraineur qui peut expliquer cette métamorphose. L'Usdax dispose d'une douzaine de trois quarts qui sont au niveau et cela se ressent.

On a déjà parlé de l'influence de Vergallo, qui a même réussi de éclipser une partie du match Kelleher, preuve que le garçon ne va tarder à faire la une de l'avant dernière page du midol... malheureusement. Son abattage, tant offensif que défensif est énorme.

On a aussi souligné l'amélioration du jeu au pied. Amélioration est un euphémisme tant ce secteur était pitoyable l'an passé.

La défense. Rien à dire dans l'ensemble, l'Usdax défend en bloc, sans commettre un excès de fautes.

Le jeu de mouvement. Souvent inspiré sur ballon de récupération, nos joueurs ont redonné le sourire aux spectateurs de Boyau. Que cela dure. Bornman est à ce titre une formidable recrue.

La maîtrise. Contrairement à l'an passé, une fois en tête, l'équipe ne panique pas. Il est vrai qu'elle trouve cette année des touches de plus de 15 mètres et que c'est toujours plus facile de défendre à 50 mêtres de son en-but que sur ses 22.

Les points négatifs

Sans tomber dans l'excès, il semble que notre mêlée soit plus friable. Dans chacun des matchs, elle a eu des phases de faiblesse, parfois extrême comme contre Bayonne, Toulouse ou à Brive. Cependant, il n'y a pas un match où ce secteur de jeu n'a pas pris l'ascendant à un moment donné sur son adversaire. On est quand même moins serein que l'an passé.

L'effectif. Pour l'instant, peu de blessés parmi les cadres. Mais qu'en sera-t-il en novembre par exemple où quatre joueurs de base derrière feront défaut ? Qu'en sera-t-il si deux secondes lignes se retrouvent sur le flan? L'arrivée d'un polyvalent devant est quasi obligatoire pour avoir une certaine sérénité. Mais rien ne sert d'ajouter un nom, il faut un vrai renfort, sinon autant laisser leur chance aux jeunes.

Les confirmations

Thompson est parmi ce qui se fait de mieux en seconde ligne, Lievremont est un chef de bande, AVT a plus que le niveau, la touche est inégale mais cela semble valable pour la quasi totalité des clubs, Bert a retrouvé son niveau, Mazel, Diaz, Hiriart, Decamps, Deniau sont toujours précieux lorsqu'ils jouent.

 

L'USDAX est bien partie mais rien n'est bien sûr acquis. Le mois de novembre s'annonce charnière. Il ne faudra rien laisser filer à domicile et essayer de gratter quelques points à l'extérieur.

En direct du twitter officiel

Allezdax.com © 2020

Search